2016 Octobre - Café Littéraire

CAFE LITTERAIRE DU 15 Octobre 2016 à la  Bibliothèque de FERIN

Rencontre avec les écrivains :

Rouja LAZAROVA

Sylvain PRUDHOMME

Une trentaine de personnes étaient présentes :

  • 6 pour la Bibliothèque
  • 2 représentants de la Mairie
  • 7 adolescents représentant le territoire d’Arleux et leur accompagnatrice
  • 2 personnes de la Médiathèque de Lille
  • Des membres du S.I.R.A., de la Brigade volante de lecture pour la médiation et la coordination culturelle du Territoire du Douaisis
  • Nos 2 auteurs et l’animatrice de cette matinée littéraire.
  • 9 auditeurs ….dont seulement (2 de FERIN)

Rouja Lazarova est née à Sofia en Bulgarie, a appris le français dans une Bulgarie totalitaire. Elle est venue en France après la chute du Mur de Berlin. Elle a travaillé comme journaliste et écrit ses romans en français.

Sylvain Prudhomme construit une œuvre ouverte sur le monde. Sa source principale d’inspiration est l’Afrique où il a longtemps vécu aux grès des mutations de son père.

Pour nos écrivains, les cafés littéraires sont des moments privilégiés, Rouja Lazarova dit « Un texte littéraire est incomplet s’il n’y a pas un lecteur en face de nous qui donne vie au texte par son imagination. Cela fait partie de la vie de l’écrivain et c’est important. »

Pour Sylvain Prudhomme, grand voyageur, l’écriture est un partage de choses qui sont faites pour être lues après 2 ou 3 ans de travail. Cela lui procure un côté veillée où l’on se raconte des histoires, un moment où l’on parle et où il y a échange.

Ce sont deux jeunes auteurs qui parlent de la réalité des vies de héros ordinaires, qui, à un moment donné sont à la croisée des chemins.

Les auteurs lisent chacun leur tour un passage de leur livre :

Rouja Lazarova lit un passage de « Mausolée »

Et Sylvain Prudhomme un passage de son dernier roman « Légendes »

 

Question posée aux auteurs : Comment le passé a influencé votre vie actuelle tant sur le plan littéraire que le plan privé ?

Rouja a mis 15 ans à parler de la Bulgarie dans ses romans, elle a un amour très fort de la liberté, avoue même une forme de transgression. Elle a retrouvé en France une forme de solidarité en France qu’elle avait en Bulgarie.

Sylvain a mis aussi 10 à 15 ans pour parler de l’Afrique et à la restituer à travers les personnages de ses romans. Il en garde une certaine confiance avec autrui et que les choses dans la vie se passeront toujours bien.

Ce qui a frappé nos auteurs c’est le contraste entre les différents pays où ils ont vécu, entre optimisme et un certain défaitisme chez nous.

Ce sont 2 auteurs passionnants et passionnés que nous avons découvert au cours de cette matinée et que nous rencontrerons de nouveau en avril 2017.

Au tirage au sort, c’est Sophie Faidherbe qui a gagné le livre mis en jeu.